Les planètes - Contenu

Nota : Cette page contient des documents dont l'accès peut nécessiter un outil particulier. Si celui-ci n'est pas installé, vous pouvez le télécharger et suivre les instructions d'installation.

  1. Généralités
  2. Mercure
  3. Vénus
  4. La Terre
  5. Mars
  6. Jupiter
  7. Saturne
  8. Uranus
  9. Neptune
  10. Résumé

1. Généralités

Une planète est un corps en orbite autour d'une étoile qui ne produit pas sa propre énergie; elle réfléchit plutôt la lumière du Soleil. La Terre est l'une des neuf planètes tenues en orbite autour du Soleil par la gravité de l'astre. Parce qu'elles sont situées relativement près, de nombreuses planètes dans notre système solaire semblent beaucoup plus brillantes que les étoiles les plus brillantes, mais elles ne scintillent pas comme elles. La turbulence de notre atmosphère affaiblit la luminosité des étoiles, mais les planètes ont l'aspect d'un petit disque et ne sont pas affectées par l'atmosphère. Elles sont beaucoup plus petites que les étoiles. En effet, le Soleil constitue à lui seul 99,9 % de la masse du système solaire et dicte le mouvement des planètes.

Les planètes se divisent en deux catégories principales : les solides et les gazeuses. Les planètes solides sont relativement petites et composées de roche dense, souvent riche en fer. Les planètes gazeuses sont plus grandes et possèdent d'épaisses couches d'hydrogène, entourant un petit noyau rocheux. Dans notre système solaire, les quatre planètes intérieures sont des planètes telluriques en raison de leur ressemblance à la Terre. Mercure, Vénus, la Terre et Mars sont situées le plus près du Soleil et reçoivent par conséquent plus d'énergie. Leur surface est solide, elles ont une mince atmosphère et sont de haute densité. Plus éloignées du Soleil se trouvent les planètes gazeuses du système solaire : Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont des planètes joviennes et sont beaucoup plus grosses que les planètes telluriques. À l'intérieur se trouve un petit noyau rocheux entouré d'hydrogène liquide; elles possèdent de forts champs magnétiques et une vitesse de rotation élevée. Il serait impossible de tenir sur une planète jovienne, car il n'y a pas de surface solide; leur surface est plutôt constituée de gaz, couverts d'une mince couche supérieure de nuages voilés. La masse énorme de ces géantes gazeuses crée d'importants champs gravitationnels qui sont à l'origine de la formation des anneaux autour des quatre planètes (ceux de Saturne sont les plus connus) et des nombreuses lunes capturées, appelées satellites. Ces satellites sont des fragments de roche tenus en orbite par la gravité de la planète. On dénombre 98 satellites dans notre système solaire, y compris notre Lune, et 94 d'entre eux sont en orbite autour des quatre planètes joviennes. Pluton est la planète la plus éloignée du Soleil et n'entre pas tout à fait dans l'une ou l'autre des catégories, car elle est constituée d'une petite masse de glace. On pense que Pluton est peut-être une comète capturée, et les scientifiques débattent de son statut de planète en raison de sa petite taille et de ses irrégularités.

Les planètes sont également classées en fonction de leur position relative à la Terre. Les deux planètes qui se trouvent plus près du Soleil que de la Terre sont appelées planètes inférieures et sont visibles dans le ciel seulement à la brunante ou à l'aube (ou durant la journée à l'aide d'un télescope), en raison de leur proximité au Soleil. À l'instar de la Lune, elles suivent un cycle dans leur orbite autour du Soleil; nous ne voyons toutefois pas de disque pleinement illuminé, car c'est à ce moment qu'elles se trouvent du côté du Soleil opposé à nous. Les planètes inférieures sont facilement observables lorsqu'elles sont situées le plus loin du Soleil dans notre ciel, soit au point d'élongation maximale ou minimale. Les six autres planètes situées plus loin du Soleil que de la Terre sont appelées planètes supérieures, et comme elles peuvent se trouver du côté du Soleil opposé à nous, on peut les apercevoir dans le ciel nocturne à n'importe quel moment. C'est toutefois lorsqu'elles se trouvent en opposition qu'on les voit le mieux : elles sont alors le plus près de la Terre et hautes dans le ciel nocturne.

Télécharger l'applet Flash

Télécharger la table de données

2. Mercure

Mercure

Petite et stérile, Mercure est la planète située le plus près du Soleil. Elle se classe avant-dernière de par sa taille et ressemble plutôt à notre Lune : grisâtre et criblée de milliers de cratères causés par les impacts. Il n'y a pratiquement pas d'atmosphère autour de Mercure pour la protéger des petits météorites, et la température de la surface en est affectée. Le côté de Mercure faisant face au Soleil reçoit un rayonnement direct et intense, et la température peut y grimper à 700 kelvins. Cependant, parce qu'il n'y a pas d'atmosphère pour retenir et répartir la chaleur, la température peut chuter à 100 kelvins en l'absence de rayonnement, ce qui occasionne les plus importants écarts de température observés sur une planète. En raison de sa proximité au Soleil, elle en fait le tour en 88 jours, soit la période orbitale la plus rapide du système solaire. Sa rotation s'effectue en près de 59 jours, mais du fait de la rapidité de sa période orbitale, un jour sur Mercure équivaut à 176 jours sur Terre. Mercure est très difficile à observer depuis la Terre pour plusieurs raisons. Elle est petite, et sa surface réfléchit moins de lumière que toute autre planète; c'est aussi une planète inférieure, qui se situe toujours près du Soleil dans notre ciel. Elle ne paraît jamais dans le ciel plus de deux heures avant le lever ou après le coucher du Soleil; elle semble toujours se fondre dans le flux lumineux du Soleil. Avec un télescope, on perçoit seulement un disque flou et quelques particularités de sa surface. Les premières images détaillées de la surface de Mercure nous ont été livrées en 1974 par la sonde Mariner 10, la seule à y avoir effectué un voyage. Puisqu'il n'a pas été possible de prendre des photos du côté obscur, nous n'avons toujours pas d'image de la surface entière.

3. Vénus

Vénus

Après le Soleil et la Lune, Vénus est le corps céleste le plus brillant dans le ciel. À l'élongation maximale ou minimale, elle brille à la brunante et à l'aurore à une magnitude de -4. On l'appelle souvent notre jumelle, car elle est la voisine immédiate de la Terre, et son diamètre et sa densité s'en rapprochent. Vénus se distingue toutefois de notre planète sous divers aspects. Elle est entourée d'une atmosphère dense et composée de dioxyde de carbone qui recouvre la planète d'une épaisse couche de nuages opaques. Les nuages créent un effet de serre qui empêche la chaleur de s'échapper, causant l'augmentation des températures à 750 kelvins, ce qui en fait la plus chaude planète du système solaire. La surface de Vénus est un milieu extrêmement hostile et ne peut soutenir la vie pour diverses raisons. En effet, l'épaisse couche de nuages bloque le rayonnement lumineux et contient de petites gouttes d'acide sulfurique. De plus, l'atmosphère est si dense et lourde que la pression atmosphérique à la surface fait 90 fois celle de la Terre.

Avec un télescope, Vénus ne présente aucune particularité, mais elle est brillante parce que son atmosphère réfléchit plus de lumière que toute autre planète. On ne peut voir sa surface, car les nuages épais nous bloquent la vue. Équipées de radars, les sondes déployées entre 1983 et 1995 en orbite autour de Vénus ont cartographié précisément la surface de la planète qui est en majeure partie plate et unie. On peut y observer quelques plaines ondulées, de larges volcans et des cônes de lave. Les volcans sont peut-être toujours en activité, contribuant ainsi à l'acidité de l'atmosphère. Plusieurs sondes de l'ancienne Union soviétique s'y sont posées et ont révélé la composition de sa surface : des coulées de basalte durcies, comme sur la Terre et la Lune. Ces sondes ont été actives quelque temps seulement - à peine quelques secondes pour la première - avant de s'écraser en raison des conditions difficiles à la surface. Les observations par radar permettent de constater une période de rotation très longue et rétrograde. Il faut environ 225 jours à Vénus pour faire le tour du Soleil, mais la rotation sur son propre axe est inversée et prend 243 jours. La lenteur de sa rotation pourrait expliquer l'absence de champ magnétique autour de la planète.

4. La Terre

La Terre

La Terre est notre habitat et s'avère la seule planète dans le système solaire réunissant les conditions parfaites pour qu'il y ait de la vie. On pense que la Terre a été formée il y a environ 4,6 milliards d'années, en même temps que notre système solaire. Depuis sa création, elle est unique en son genre. Environ 71 % de sa surface est couverte d'eau, et c'est la seule planète du système solaire ayant de l'eau sous forme liquide. Contrairement aux autres planètes du système solaire, la quantité d'énergie que l'on reçoit du Soleil produit un climat idéal pour la vie. Sur la Terre, il existe diverses conditions atmosphériques attribuables à notre atmosphère et à la constante circulation d'air causée par la rotation terrestre. Notre atmosphère se distingue de celle des autres planètes et joue un rôle primordial dans le maintien de la vie sur Terre. L'air que nous respirons est riche en azote (77 %) et en oxygène (21 %), contrairement au dioxyde de carbone toxique que l'on trouve sur Vénus et sur Mars. La haute atmosphère bloque le passage des rayons néfastes du Soleil tout en laissant la chaleur passer, et le poids de l'air n'est pas assez lourd pour nous écraser, comme l'atmosphère de Vénus le ferait. La Terre est une planète active et est en constante évolution depuis sa création. L'épaisse couche terrestre est en mouvement perpétuel (la tectonique des plaques), ce qui provoque les tremblements de terre et les volcans, qui, à leur tour, transforment la surface de la Terre. La biodiversité de notre planète est fantastique et en fait un magnifique lieu de vie.

Pour en savoir plus sur la Terre, les saisons, les aurores boréales, les phases de la Lune, les éclipses, les marées et la Lune, se référer au module 3 : La Terre et la Lune. Aller au module 3

5. Mars

Mars

Mars est la dernière planète intérieure, mais la planète supérieure la plus près de la Terre. Dans notre ciel, elle brille d'un rouge foncé, et elle a nourri l'imagination des humains pendant longtemps. Elle possède plusieurs des caractéristiques de la Terre et, de ce fait, a donné naissance à de nombreuses croyances sur la possibilité de vie extraterrestre. Sous la lorgnette de puissants télescopes, Mars présente des traces linéaires que l'on a cru être des systèmes d'irrigation construits par les Martiens; nous savons aujourd'hui que ces « canaux » sont des reliefs naturels du sol. Sa topographie est constituée de grands canyons, de volcans éteints, de cratères et de calottes glaciaires à ses pôles, formées de glace et de dioxyde de carbone solide. Culminant à 25 kilomètres au-dessus du sol environnant, Olympus Mons est le plus important volcan sur Mars et la plus haute montagne du système solaire. Le diamètre de sa base fait environ 700 kilomètres. En comparaison, la plus haute montagne sur Terre, le mont Everest, a une altitude de moins de neuf kilomètres au-dessus du niveau de la mer. La surface de Mars est parfois cachée de notre vue par d'énormes tempêtes de poussière qui se déchaînent sur de très grandes régions. On croit que l'intérieur de Mars est constitué d'un petit noyau de fer, mais la planète ne produit pas de champ magnétique. Mars est la seule planète intérieure, outre la Terre, à posséder des lunes. On pense que ses deux satellites Phobos et Deimos, séparés seulement de quelques kilomètres, sont en fait des astéroïdes capturés. Vue à travers les télescopes, Mars ressemble à un petit disque rouge. On distingue mieux les détails de sa surface - particulièrement les calottes glaciaires blanches – aux deux ans durant l'opposition, lorsqu'elle est située le plus près de la Terre.

La température moyenne de la surface de Mars est d'environ -40 degrés Celsius (230 kelvins), et parce qu'elle est inclinée comme la Terre, des changements saisonniers et climatiques s'y produisent. On retrouve à sa surface de grandes quantités de glace qui forment des couches de pergélisol, de même que des calottes glaciaires qui élargissent ou rétrécissent au rythme des saisons. L'atmosphère sur Mars est extrêmement mince et est principalement composée de dioxyde de carbone, ce qui laisse croire que toute forme de vie nécessitant de l'oxygène ne peut actuellement survivre sur la planète. Il n'y a pas d'eau vive à sa surface, mais des canyons et des lits de rivières asséchées, présentant des traces de gouttes d'eau, nous laissent supposer qu'il y a déjà eu de l'eau en abondance. Cette preuve soulève des questions quant à la possibilité de formes de vie antérieures. Expliquer pourquoi l'eau est disparue de la surface pose également une grande difficulté. L'une des possibilités envisagées serait qu'il y ait de l'eau sous forme liquide sous la surface, où la température est suffisamment chaude.

Comme on soupçonne l'existence de vie antérieure sur Mars, la planète a fait l'objet d'importantes études et d'observations à l'aide de télescopes et de sondes spatiales qui ont été en orbite autour d'elle et s'y sont posés. Au milieu des années 1970, les sondes Viking ont montré des images d'une surface rouge et désertique, couverte de roches, sous un ciel rose. Elles ont également fourni des renseignements détaillés sur son atmosphère. Tout ce que nous avons appris sur la planète rouge nous provient des sondes. Les prochaines sondes pourront répondre à d'autres questions sur son histoire et son état actuel. Nombre de scientifiques croient toujours que Mars a abrité des formes de vie par le passé et que certains organismes peuvent encore survivre sous sa surface, où les températures seraient plus chaudes et où on trouverait de l'eau dans le pergélisol. Malheureusement, nous avons beaucoup plus de questions que de réponses.

6. Jupiter

Jupiter

Jupiter est la première géante gazeuse et la plus grosse planète du système solaire. Elle fait plus de 11 fois le diamètre de la Terre, et sa masse est 2,5 fois supérieure à celle de toutes les planètes combinées. Cette géante est presque entièrement composée d'hydrogène (82 %) et d'hélium (17 %). Elle n'a pas de surface solide. Au contraire, sa surface est constituée d'une atmosphère dense, couverte d'une couche de nuages colorés faisant 100 kilomètres d'épaisseur. Les nuages sont formés de bandes parallèles à l'équateur, passant du blanc au rouge-brun foncé. Ces couleurs sont produites par les réactions chimiques observées au sein des nuages. Les bandes sont en mouvement perpétuel et créent une surface active d'anneaux rouges et de zones pâles en rotation rapide autour de la planète. Jupiter a une vitesse de rotation différentielle, c'est-à-dire que la vitesse de rotation et la direction des anneaux de nuages varient. Dans la région équatoriale, la vitesse de rotation est de moins de dix heures, ce qui est extrêmement vite pour une planète de cette envergure. Par conséquent, Jupiter a la forme d'une ellipse (aplatie aux pôles), le diamètre équatorial étant 6,5 % plus grand que le diamètre polaire. Deux bandes tournant dans des directions opposées créent des remous en bordure qui peuvent se transformer en tempêtes tourbillonnantes. Les tempêtes naissent et se dissipent sans cesse : la Tache Rouge est une tempête énorme, visible depuis des siècles. Cette tempête est la principale caractéristique de Jupiter; elle fait environ trois fois la grosseur de la Terre et est visible même avec un télescope amateur.

L'intérieur de Jupiter est probablement composé d'un petit noyau métallique entouré d'hydrogène liquide. Les courants au sein de la couche d'hydrogène liquide produisent un champ magnétique puissant qui protège Jupiter du vent solaire et concentre les particules aux pôles, provoquant des aurores semblables à celles que l'on peut observer sur Terre. Depuis sa formation, l'intérieur de Jupiter se refroidit et dégage une énergie thermique. Son noyau atteint 25 000 kelvins et refroidit lentement comparativement à la surface qui atteint environ 110 kelvins. Si, au cours de sa formation, Jupiter avait été plus massive, elle aurait pu être une étoile jumelle du Soleil. Jupiter a été survolée quatre fois par sonde, deux fois en 1974 par les sondes Pioneer et deux fois en 1979 par les sondes Voyager. Grâce à ces sondes, on a obtenu des images de haute résolution de la planète qui ont fournit aux scientifiques de précieux renseignements sur elle et sur sa complexe atmosphère de nuages. L'une des découvertes fut celle de la structure d'anneaux fins et délicats non visibles de la Terre. Les sondes ont aussi détecté beaucoup de satellites, et nous savons maintenant qu'il y en a 28 en orbite autour de la planète. Un grand nombre de satellites sont très petits et ressemblent à des astéroïdes, mais quatre d'entre eux comptent parmi les plus gros du système solaire et ont été découverts par Galilée en 1610.

Les satellites de Galilée n'avaient jamais été vus de façon si détaillée avant que la sonde Voyager ne survole la planète en 1979, ce qui a permis d'approfondir nos connaissances sur les quatre lunes de Jupiter. Io, Europe, Ganymède et Callisto sont à peu près de la grosseur de la Lune (Europe étant plus petite) et sont facilement visibles de la Terre à l'aide de jumelles ou d'un télescope : elles ressemblent à de petites étoiles le long du plan équatorial de Jupiter. Leur alignement évolue constamment d'une nuit à l'autre, car les satellites tournent rapidement autour de la planète et passent d'un côté à l'autre en quelques heures. Io est située le plus près de Jupiter; c'est le corps céleste où l'activité volcanique est à son maximum dans notre système solaire. On y trouve également beaucoup de vents éjectant du soufre en fusion. La mince atmosphère et la faible gravité du satellite ne peuvent contenir les matières. Les éruptions peuvent donc s'étendre à des centaines de kilomètres au-dessus de la surface. La gravité de Jupiter et des trois satellites de Galilée les plus éloignés exercent sur Io des forces d'attraction opposées, produisant des forces tidales qui réchauffent l'intérieur et augmentent la pression, qui est libérée par l'éruption de matières internes en fusion. La surface d'Europe est de couleur beige pâle, dépourvue de cratères et de montagnes, laissant supposer une surface jeune dont l'activité est récente. Sa surface semble être formée d'une couche de glace avec de nombreuses failles. Ganymède, pour sa part, a un diamètre supérieur à Mercure et constitue le plus gros satellite du système solaire. Ganymède et Callisto sont tous deux de couleur foncée, formés de glace et fortement cratérisés. Callisto s'avère l'objet ayant le plus de cratères dans le système solaire.

7. Saturne

Saturne

Saturne se classe deuxième de par sa taille; elle est également la deuxième planète gazeuse, plus connue en raison de son magnifique système d'anneaux. Les anneaux de Saturne sont composés de millions de morceaux de glace et de roche mesurant entre un millimètre et plusieurs mètres de diamètre. Les anneaux font moins d'une centaine de mètres d'épaisseur mais s'étendent sur des centaines de milliers de kilomètres à partir de la surface de Saturne. Les télescopes terrestres montrent clairement les anneaux; cependant, ce n'est qu'au passage de Voyager 2 que les scientifiques ont constaté que les anneaux étaient en fait composés de milliers de petits anneaux étroits. Le système d'anneaux s'étend à partir du dessus des nuages de l'atmosphère de Saturne à des centaines de milliers de kilomètres de la planète, mais seules deux larges parties d'anneaux sont visibles à partir de la Terre. Les anneaux sont inclinés à un angle qui, depuis la Terre, semble varier pendant la période orbitale de 30 ans. À leur inclinaison maximale, les anneaux sont très brillants et bien visibles, mais tous les 15 ou 17 ans, ils s'inclinent sur le côté de telle sorte que nous ne pouvons plus les voir. On croit que les anneaux ont été formés lorsqu'un corps rocheux ou une comète s'est approché de Saturne et que sa force gravitationnelle a fragmenté le corps en millions de petits morceaux. Lorsqu'un corps vient trop près d'une grosse planète, les forces tidales exercent une attraction plus forte sur le côté faisant face à la planète. Cette irrégularité de la force de gravité fait étirer le corps à mesure qu'il approche la planète, causant ultimement sa fragmentation.

Saturne est principalement composée d'hydrogène et d'hélium (88 % et 11 %, respectivement) et présente une couleur jaune pâle. Elle n'a pratiquement pas d'atmosphère, car la température est trop faible pour produire les réactions chimiques responsables des couleurs sur Jupiter. Elle est couverte d'une mince couche de brume qui nous empêche de la voir en détail. Comme Jupiter, la vitesse de rotation de Saturne est très rapide et contribue à la formation d'énormes tempêtes dans la couche de nuages dont les vents peuvent atteindre 1400 kilomètres/heure. L'atmosphère qui couvre la surface de Saturne n'est pas lourde comme celle de Jupiter. Toutefois, Saturne possède la plus faible densité de toutes les planètes, si faible en fait que la planète pourrait flotter sur l'eau. C'est pourquoi le poids d'une personne est moins élevé à la surface de Saturne que sur la Terre malgré sa masse importante. C'est aussi pour cette raison que Saturne semble plus aplatie que Jupiter, étant 11 % plus large à son équateur. En dépit de sa faible densité, elle demeure toutefois massive, et outre son système d'anneaux, elle possède de nombreux satellites. Nous avons répertorié environ 30 satellites en orbite au sein des anneaux. Le plus gros s'appelle Titan et est le satellite possédant l'atmosphère la plus importante du système solaire. Sa surface est couverte d'une couche brumeuse de couleur jaune orangé.

8. Uranus

Uranus

On pensait que le système solaire s'arrêtait après Saturne, jusqu'à ce qu'on découvre Uranus avec un télescope en 1781. Cette planète est en effet pratiquement invisible à l'œil nu, même dans des conditions idéales, et bien qu'elle figure sur plusieurs anciennes cartes du ciel, on croyait à tort qu'il s'agissait d'une étoile. Uranus fait environ quatre fois la grosseur de la Terre; elle a une masse importante et une faible densité. Elle est principalement composée d'hydrogène et d'hélium, et sa haute atmosphère contient des nuages brumeux de glace et de méthane, ce qui lui procure une couleur vert-bleu. Les observations de Voyager 2, en 1986, n'ont permis de distinguer aucune particularité de surface ou de formation nuageuse; Uranus ressemble à une sphère de gaz uniforme.

Uranus se distingue des autres planètes par son inclinaison à 98 degrés par rapport à la verticale, ce qui signifie qu'elle fait une rotation sur son côté. Sa période orbitale est de près de 84 ans, et bien qu'elle effectue une rotation sur le côté en 17 heures, environ 84 années s'écoulent entre les levers du Soleil à ses pôles. Autour d'Uranus se trouvent neuf minces anneaux que l'on a découverts à partir de la Terre en 1977. Ils ne sont pas visibles de la Terre, mais ils provoquent le clignotement d'une étoile devant laquelle ils passent; c'est ce qui a permis aux astronomes de découvrir leur présence. Il y a 27 satellites connus en orbite autour d'Uranus, le plus gros étant Titania. Les gros satellites ont des reliefs du sol intéressants et témoignent de formation géologique antérieure de même que des coulées de lave ayant partiellement couvert de nombreux cratères causés par les impacts.

9. Neptune

Neptune

Dernière des planètes joviennes, Neptune a été découverte en 1846 d'après des calculs mathématiques ayant permis de supposer sa présence en raison de l'effet gravitationnel qu'elle exerce sur Uranus. Sous divers aspects, Neptune ressemble à Uranus. Les deux planètes ont pratiquement la même grosseur et la même masse, elles sont toutes deux de couleur bleu-vert, à cause de la présence de méthane dans l'atmosphère supérieure, bien que Neptune tire davantage sur le bleu foncé. Aucune des deux ne peut être vue à partir de la Terre de façon détaillée, de sorte que la connaissance que nous en avons demeure restreinte. C'est Voyager 2 qui nous a livré le plus de renseignements sur la planète. Les nuages entourant Neptune semblaient avoir de légères bandes de bleu lorsque Voyager l'a survolée en 1989, et à l'instar des planètes gazeuses, Neptune connaît de forts vents rapides dans son atmosphère supérieure. Voyager a photographié une énorme tempête sur Neptune, un peu comme la Tache Rouge sur Jupiter, que l'on a nommée la Grande tache sombre, tempête qui est peut-être toujours en activité. Neptune possède un système de quelques anneaux minces et étroits découvert par la sonde Voyager et invisible à partir de la Terre. On connaît 15 satellites tournant autour de Neptune, Triton étant l'un des plus gros du système solaire. Il possède une mince atmosphère d'azote, et sa surface, parsemée de volcans, est géologiquement active.

10. Résumé

Les civilisations anciennes connaissaient six planètes dans le paysage étoilé du ciel. Ils ont fait des observations détaillées de leur mouvement et en connaissaient beaucoup sur elles. Ils se sont rendu compte que les planètes ne produisaient pas leur propre énergie, mais réfléchissaient simplement la lumière. Les distances et les masses ont été calculées avec exactitude grâce aux notions de physique newtonienne, et nombre de caractéristiques des planètes ont pu être établies à l'aide de calculs mathématiques. Ce n'est qu'avec l'invention du télescope que l'apparence détaillée des planètes a été dévoilée. Le télescope a en effet permis de découvrir l'existence de deux sortes de planètes : les telluriques et les joviennes. Trois nouvelles planètes ont été découvertes, et coïncidant avec la découverte des satellites galiléens de Jupiter, on a constaté que d'autres planètes possédaient des satellites comme notre Lune. Avec l'avancement de la technologie, les télescopes sont devenus plus puissants et nous ont permis d'en apprendre davantage sur notre système solaire. Grâce à l'arrivée des sondes d'exploration spatiale, nous avons approfondi notre connaissance de nos voisines et de leurs caractéristiques, et avons pu obtenir des images détaillées des surfaces planétaires ainsi que des études du sol et de l'atmosphère de Vénus et de Mars.

Mercure est la planète la plus rapprochée du Soleil, et bien qu'elle enregistre les plus grands écarts de température planétaires, ce n'est pas la plus chaude. Vénus, la planète la plus brillante dans notre ciel, possède une épaisse atmosphère qui emprisonne le rayonnement du Soleil et provoque une hausse des températures pouvant faire fondre le plomb. La rotation de Vénus est rétrograde et est la plus lente de toutes les planètes. La première planète supérieure est Mars, dont la surface rouge est couverte de doux reliefs; on a longtemps cru qu'elle abritait des formes de vie. Avec les sondes, nous nous sommes rendu compte qu'elle ne possédait pas de forme de vie intelligente, mais que des organismes bactériens pouvaient possiblement se trouver dans la couche de pergélisol, sous la surface. Énorme sphère de gaz, Jupiter est la plus grosse planète; sa surface est active et entourée de bandes de nuages colorés. Il se produit de fortes tempêtes, dont la Tache Rouge, une tempête d'envergure qui perdure depuis des années. Les premiers satellites en orbite autour d'une planète, Jupiter en l'occurrence, ont été découverts par Galilée en 1610; il s'agit des quatre satellites galiléens. Le scientifique a également découvert, à l'aide de son télescope (bien que nous ne comprenions pas comment), les anneaux de Saturne. La disposition complexe des milliers de petits anneaux autour de Saturne constitue une image incroyable vue par télescope. Bien qu'ils soient de quelques centaines de mètres de largeur, deux des principaux anneaux peuvent être facilement détectés depuis la Terre. En plus de ses anneaux, Saturne possède le plus grand nombre de satellites; on en compte 30, dont le plus important est le nuageux Titan. Pour leur part, Uranus et Neptune paraissent de couleur bleu-vert, et elles sont très semblables en grosseur et en composition. La planète la plus éloignée du Soleil est Pluton, planète froide et petite. Elle a une orbite très irrégulière et pourrait être une comète morte ou une lune s'étant échappé de son orbite autour d'une planète jovienne. Les planètes constituent les plus gros corps en orbite autour du Soleil, mais il existe des millions de petits corps constituant des éléments essentiels du système solaire.