L'EXPRESS sur l'observation de la Terre

EO Express

1. RADARSAT-1 : dix-sept années de francs succès technologiques

Le 29 mars 2013, le premier satellite canadien d'observation de la Terre, RADARSAT-1, a été victime d'une anomalie technique après avoir été en opération pendant 12 années de plus que prévu. Par la suite, l'équipe chargée de son exploitation à l'Agence spatiale canadienne (ASC) a constitué une équipe d'ingénieurs provenant du Gouvernement et de l'industrie, qui a procédé à une vérification exhaustive du système. Après de nombreuses tentatives pour régler les problèmes techniques, l'ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA Geospatial Services Inc. (MDA GSI), en est venue à la conclusion que RADARSAT-1 n'est plus opérationnel après 17 ans de services exceptionnels.

2. Surveillance des côtes : un système de suivi des navires suspects basé sur les données de RADARSAT-2 à des fins de protection des eaux canadiennes

Depuis septembre 2001, les gouvernements et les forces armées du monde entier tentent de déterminer la voie à suivre dans le domaine en pleine effervescence de la sécurité du territoire national. Puisque le Canada possède l'un des littoraux les plus longs du monde, la sécurité maritime constitue l'une de ses plus grandes priorités. Dans le cadre du Programme de développement d'applications en observation de la Terre (PDAOT) de l'Agence spatiale canadienne (ASC), MDA Systems Ltd. (MDA) travaille à la mise au point de services d'alerte aux navires suspects (SVA, pour Suspicious Vessel Alert) qui font appel à des technologies novatrices d'OT pour respecter les priorités du Canada et répondre aux besoins à long terme de divers ministères fédéraux (GCC/POC, ASFC, TC, GRC et MDN) concernés par les activités illégales dans les eaux côtières et intérieures. Ces services repéreront les navires affichant un comportement qui s'écarte de celui des navires respectueux des lois. Les SVA présentent l'avantage de permettre une surveillance automatique et continue d'une région de responsabilité choisie et d'envoyer des alertes de navire suspect aux opérateurs des Centres des opérations de la sûreté maritime (COSM), permettant ainsi à ces derniers de s'intéresser particulièrement à quelques navires plutôt qu'aux milliers qui, autrement, devraient être vérifiés manuellement. Les SVA tiennent compte des données déclarées volontairement (p. ex. AIS) et des données recueillies indépendamment (p. ex. au moyen d'un satellite radar). Les services de SVA répondront aux besoins opérationnels critiques de nombreux ministères et organismes gouvernementaux, surtout dans les approches côtières du Canada et dans l'Arctique. Pour obtenir plus d'information, veuillez communiquer avec guy.aube@asc-csa.gc.ca, mel@mdacorporation.com et paris.vachon@drdc-rddc.gc.ca.

3. Avantage du savoir : 15e Congrès de l'Association Québécois de Télédétection & Atelier sur l'eau, 25-27 septembre 2013, Rimouski

Pour que le Canada soit plus productif et concurrentiel, les décideurs, gestionnaires, scientifiques et professionnels doivent être à l'avant-plan en matière de réalisations majeures en sciences et en technologie engendrant des avantages pour la santé, l'environnement, la société et l'économie. Le 15e Congrès de l'Association Québécoise de Télédétection (AQT), intitulé « Surveillance et suivi des changements planétaires » se tiendra à l'Hôtel Rimouski (Rimouski, Québec, Canada) du 25 au 27 septembre 2013. Cet évènement est une opportunité pour présenter et promouvoir vos activités, travaux de recherche et projets d'applications en Observation de la Terre (OT) de diverses thématiques (i.e. agriculture, climat, cryosphère, écosystèmes, désastre, énergie, foresterie, océans, santé, etc.). C'est aussi une occasion de réseautage privilégié avec la communauté et les acteurs en OT (universités, industries, gouvernements, etc.). Le 26 septembre, le Congrès intégrera un atelier thématique sur « L'eau : les applications d'OT: bénéfices environnementaux, économiques et sociétaux ». Des conférenciers invités y présenteront les nouveaux outils d'OT (satellites actuels et futurs) pour faire face aux enjeux présents et futurs dans différents domaines reliés à l'eau. Des communications thématiques y seront aussi présentées couvrant les aspects aussi bien nationaux qu'internationaux. Pour vous inscrire, consultez le site web du Congrès et celui de l'atelier. La date limite pour la soumission de résumés est le 24 mai. L'Agence spatiale canadienne participe à l'organisation de cet évènement en partenariat avec les universités, les industries et des ministères fédéraux et provinciaux. Les organisations suivantes participeront: Agence de santé publique du Canada, Agence spatiale canadienne, Agence spatiale allemande, Agence spatiale européenne, Agence universitaire de la francophonie, AERDE Environmental Research, Astrium, Centre national d'études spatiales, Centro de Estudios Avanzados en Zonas Áridas, Digital Globe, Effigis Geo-Solutions, Environnement Canada, Eurisy, Hydro Québec, INRS-ETE, International Centre For Advanced Research on Global Change, ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA, Ministère de la Sécurité publique, NASA, Observatoire global du Saint-Laurent, Ouranos, Pêches et Océans Canada, Société de promotion économique de Rimouski, Stratégies Saint-Laurent, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Université de Sherbrooke, Université Laval, UNESCO/Journée mondiale de l'eau. Informations : atelierAQT@asc-csa.gc.ca.

4. Les efforts canadiens aident les utilisateurs à se préparer pour Sentinel-1

Ceux qui ont besoin de données satellitaires pour une variété d'applications, de la cartographie des glaces de mer au suivi du trafic maritime en passant par la surveillance des géo-risques ont hâte au lancement de Sentinel-1 plus tard cette année. Ce satellite fournira des images radars de haute qualité pour supporter les services opérationnels qui utilisent des données d'observation de la Terre (OT) dans des secteurs tels que la réponse aux urgences, la surveillance maritime et terrestre, la sécurité ainsi que l'étude du climat. En vue de se préparer à l'arrivée des données, l'Agence spatiale européenne (ESA) utilise le satellite canadien RADARSAT-2 pour effectuer des tests et simulations d'acquisitions. Grâce à McDonald, Dettwiler and Associates (MDA), RADARSAT-2 a été reprogrammé minutieusement pour concorder avec les futures opérations de Sentinel-1. Une réalisation remarquable a été effectué : RADARSAT a été en mesure de simuler la façon dont les images Sentinel-1 seront acquises selon une méthode appellé TOPS, ce qui a permis d'obtenir une image de qualité semblable à ce qu'offrira Sentinel-1. Les premiers résultats sont prometteur, comme on peut l'observer dans cette première image acquise dans le port de Vancouver: Space in images (anglais seulement). L'acquisition de plusieurs autres images au-dessus de sites spécifiques sont planifiées pour démontrer le potentiel de Sentinel-1 pour la classification des glaces de mer, les applications des vents et vagues sur l'océan, pour détecter les bâteaux et pour préparer les utilisateurs à utiliser les données. Les images simulées à partir des données RADARSAT-2 seront traitées et formattées en utilisant le « Sentinel Instrument Processing Facility » et seront disponibles pour les utilisateurs d'ici peu. Informations sur Sentinel-1 (anglais seulement).

5. Sécurité maritime nationale : ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA va continuer de fournir un soutien opérationnel au Système de surveillance maritime grande étendue du Canada

Le 26 avril, ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA a annoncé qu'elle avait signé des contrats d'une valeur totale de 3,2 millions de dollars (CAN) avec le ministère de la Défense nationale (MDN) du gouvernement du Canada pour assurer l'exploitation des systèmes au sol RADARSAT-2 des côtes est et ouest qui aident à fournir les produits du projet Polar Epsilon, le système de surveillance à grande étendue fournie par ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA au MDN en 2012. Cette année-là, TPSGC, au nom du MDN, a attribué un contrat d'un an pour le soutien opérationnel, avec des options de renouvellement pour quatre années additionnelles. Le gouvernement s'est récemment prévalu de la première de ces options. ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA assurera le soutien opérationnel en vertu de ce contrat jusqu'en mars 2014. Le système de surveillance Polar Epsilon offre de l'information de surveillance maritime obtenue de l'espace, jour et nuit, sur l'Arctique, l'Atlantique et le Pacifique, et assure des capacités de surveillance mondiale à haute résolution pour appuyer le déploiement des Forces canadiennes. Pour obtenir plus d'information, consultez la page Web de ASC, en consultation avec son distributeur commercial MDA à l'adresse : MDA to continue providing operational support to Canada's broad-area maritime surveillance system (anglais seulement).

6. Gestion des risques de catastrophe dans les Territoires du Nord-Ouest : surveillance de la glace dans les rivières et les lacs à l'aide de RADARSAT-2

Dans les régions nordiques du Canada, comme les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O), les glaces fluviales et lacustres constituent un aspect important des systèmes biologiques, hydrologiques et culturels, en plus d'avoir une incidence sur le développement économique. Par exemple, en hiver, les routes de glace sur les lacs et les rivières permettent d'atteindre des communautés et des endroits isolés qui sont inaccessibles par voie terrestre pendant les mois sans glace. Les technologies d'observation de la Terre (OT) peuvent donner des renseignements précieux sur la dynamique des glaces et les caractéristiques des rivières et des lacs pour appuyer la gestion des catastrophes et nous aider à mieux comprendre les répercussions des changements climatiques et la sensibilité des écosystèmes. Dans le cadre de l'initiative de prestation de produits et services d'information rapides (PSIR) de l'Agence spatiale canadienne (ASC), le Centre de géomatique des Territoires du Nord-Ouest, l'ASC et Hatfield Consultants ont validé le potentiel de RADARSAT-2 dans la prestation de produits utiles de gestion des risques de catastrophes au gouvernement des T.N.-O. et à d'autres intervenants nordiques. Des données recueillies à l'aide du faisceau ultrafin de RADARSAT-2, ainsi que des données modélisées sur l'épaisseur des glaces et des données hydrographiques ont servi à détecter de la glace qui était gelée sur le substrat de fond (c.-à-d. de la glace ancrée). De plus, des données multi-dates acquises à l'aide du faisceau fin ont servi à surveiller la fonte des glaces dans les rivières et à détecter des embâcles le long de la rivière Hay, située à l'extrémité sud du Grand lac des Esclaves. L'information fournie par RADARSAT-2 peut appuyer la prévision des inondations grâce à la surveillance des glaces dérivantes en amont pendant la période de fonte dans les rivières et faciliter la planification de routes de glace pour de nouveaux projets et de nouvelles zones d'exploration. RADARSAT-2 donne d'importants renseignements temporels sur les conditions des glaces qui peuvent appuyer des stratégies efficaces d'adaptation aux changements climatiques. Pour obtenir plus d'information, veuillez communiquer avec guy.aube@asc-csa.gc.ca, adean@hatfieldgroup.com et Colin_Avey@gov.nt.ca.

7. Troisième atelier SMAP canadien

Les présentations faites au cours du Troisième atelier SMAP canadien (les 20 et 21 mars à Ottawa) sont maintenant disponibles en ligne sur le site Web du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA à l'adresse : Meetings & Worships (anglais seulement). L'atelier portait tout particulièrement sur la participation scientifique du Canada à la mission SMAP (Soil Moisture Active and Passive). L'événement a été organisé dans la Ferme expérimentale centrale d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) à Ottawa (Canada). Les participants ont discuté de l'étalonnage et de la validation de l'humidité du sol (p. ex. CanEx-SM 2010; SMAPVEX 2012; sites de validation principaux), du gel/dégel et des applications liées au carbone et des liens à d'autres missions d'OT, comme CoRe-H20, GPM, SWOT, GRACE et ABoVE.

8. Lawrence W. « Larry » Morley, 1920-2013

C'est avec une grande tristesse que nous annonçons à la communauté de l'observation de la Terre (OT) qu'un de ses pionniers, Lawrence W. « Larry » Morley, est décédé le 22 avril 2013. Au début des années 1970, M. Morley Ph. D. a été le fondateur et le premier président de la Société canadienne de télédétection (SCT) et le premier directeur général du Centre canadien de télédétection. Il laisse un héritage d'intégrité, de passion et de dévouement à l'utilisation pacifique et productive de l'OT pour le bien public. Larry a fait d'importantes contributions durables dans plusieurs domaines, notamment dans l'OT, bien entendu, mais aussi en géologie. Il a été le premier géophysicien à faire partie de la Commission géologique du Canada à partir de 1952 et il a joué un rôle de premier plan dans l'élaboration de l'hypothèse Morley-Vine-Matthews qui a aidé à jeter les bases de la théorie des plaques tectoniques. Plus tard, il a dirigé la création de techniques d'OT qui ont été utilisées dans la production de milliers de cartes des ressources naturelles du Canada et d'ailleurs. Il a été un pionnier sur le plan scientifique comme dans de nombreuses initiatives d'OT pour lesquelles il a reçu la première Médaille d'or de la SCT en 1986. Il a été honoré par la Société géographique royale du Canada qui lui a donné, en 1995, sa plus haute distinction, la médaille d'or. En 1999, il a été nommé Officier de l'Ordre du Canada. Vétéran de la Seconde Guerre mondiale, il avait été officier radar de la Marine royale du Canada pendant la Bataille de l'Atlantique et pour d'autres missions. Des funérailles publiques à la mémoire de M. Morley auront lieu le samedi 25 mai 2013 à 13 h à l'église anglicane St. George d'Owen Sound, en Ontario. Ceux et celles qui le souhaitent peuvent laisser un message de condoléances à la famille de Larry dans livre des invités virtuels, lequel se trouve à l'adresse suivante : Mr. Lawrence Morley O.C. Obituaries (anglais seulement).