L'EXPRESS sur l'observation de la Terre

EO Express

13 février 2013 – no 58

1. Développement de produits et services évolués basés sur RADARSAT

L'Agence spatiale canadienne (ASC), par le biais de son Programme de développement d'applications en observation de la Terre (PDAOT), a lancé une demande de propositions (DP) intitulée « Développement de produits et services évolués basés sur RADARSAT ». Par l'entremise de cette DP, Travaux publics et services gouvernementaux du Canada (TPSGC) attribuera des contrats aux fournisseurs canadiens qualifiés pour le développement de méthodes, de systèmes, de produits ou de services évolués afin d'optimiser l'utilisation de données RADARSAT qui répondent aux priorités du gouvernement du Canada et à ses besoins en matière d'application. Pour plus d'information: www.merx.com

2. Nouvelle date de clôture: le 1er mars 2013 - Initiative de recherche sur les applications scientifiques et opérationnelles - Éducation internationale (SOAR EI)

L'Agence spatiale canadienne (ASC), en partenariat avec MacDonald Dettwiler and Associates Ltd.MDA Geospatial Services Inc, met en place l'initiative SOAR-EI. Cette initiative s'adresse aux chercheurs du milieu de l'enseignement à l'international. Dans sa proposition, le chercheur principal doit démontrer son intérêt et ses compétences en ce qui a trait à la transformation des images RADARSAT-2 en produits d'information utiles à valeur ajoutée. L'annonce d'opportunité sera ouverte pour la soumission de la proposition durant une période spécifique de trois mois jusqu'au 1er mars 2013. Pour en savoir plus sur l'initiative SOAR-EI, veuillez consulter régulièrement les Avis en cours du Programme SOAR à l'adresse : www.asc-csa.gc.ca/fra/programmes/soar/default.asp. Pour de plus amples renseignements, envoyez un courriel à l'adresse SOAR-EI@asc-csa.gc.ca.

3. Le gouvernement du Canada lance la dernière étape du projet de la Constellation RADARSAT

Le 9 janvier 2013, l'honorable Christian Paradis, ministre de l'Industrie et ministre responsable de l'Agence spatiale canadienne (ASC), a procédé au lancement de la prochaine et dernière étape du projet de la Constellation RADARSAT du Canada. La mission de la Constellation RADARSAT assurera une couverture complète de notre vaste masse continentale, de nos océans et de nos approches côtières au moins quotidiennement, et jusqu'à quatre fois par jour dans l'Extrême-Arctique. Les données produites par la Constellation RADARSAT appuieront les grandes priorités du gouvernement du Canada liées à la Stratégie pour le Nord (particulièrement dans l'Arctique), à la défense, à la sécurité et à la souveraineté, à l'environnement, aux ressources naturelles et à l'agriculture. La mission de la Constellation RADARSAT est dirigée par l'ASC et appuyée par ses principaux utilisateurs : le ministère de la Défense nationale, Pêches et Océans Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Environnement Canada, Ressources naturelles Canada et Sécurité publique Canada.

4. 15e Congrès de l'Association Québécois de Télédétection: 25-27 septembre 2013, Rimouski

Le 15e Congrès de l'Association Québécoise de Télédétection (AQT), intitulé « Surveillance et suivi des changements planétaires » se tiendra à l'Hôtel Rimouski (Rimouski, Québec, Canada) du 25 au 27 septembre 2013. Cet évènement est une opportunité pour présenter et promouvoir vos activités, travaux de recherche et projets d'applications en Observation de la Terre (OT) de diverses thématiques (i.e. agriculture, climat, cryosphère, écosystèmes, désastre, énergie, foresterie, océans, santé, etc.). C'est aussi une occasion de réseautage privilégié avec la communauté et les acteurs en OT (universités, industries, gouvernements, etc.). Le Congrès intégrera un atelier thématique sur « Les sciences de l'eau et les applications d'OT: bénéfices environnementaux, économiques et sociaux ». Des conférenciers invités y présenteront les nouveaux outils d'OT (satellites actuels et futurs) pour faire face aux enjeux présents et futurs sur les ressources en eau. Des communications thématiques y seront aussi présentées couvrant les aspects aussi bien nationaux qu'internationaux. L'appel à communications générales et thématiques ainsi que le système d'inscriptions seront disponibles d'ici peu sur le site web de l'AQT : www.laqt.org. Les dates importantes sont les suivantes : 30 avril (limite de réception des résumés), 15 mai (avis des résumés acceptés) et 1er juin (limite de réception des exposants). Au plaisir de vous rencontrer en grand nombre à Rimouski. Pour plus d'information, svp consulter le site internet de l'AQT ou communiquer avec Pierre Larouche (président du comité-organisateur, Pierre.Larouche@dfo-mpo.gc.ca) ou Alain Royer (président de l'AQT, Alain.Royer@USherbrooke.ca). L'Agence spatiale canadienne participe à l'organisation de cet évènement en partenariat avec les universités, les industries et des ministères fédéraux et provinciaux.

5. Gestion des risques de catastrophe dans l'Arctique canadien: démontrer le rôle de RADARSAT-2 dans les Territoires du Nord-Ouest

Dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.), la débâcle printanière annuelle commence en avril dans les parties sud du fleuve Mackenzie. La débâcle dure généralement environ 10 semaines, période au cours de laquelle des embâcles peuvent créer des inondations qui causent des dommages dans plusieurs communautés. Les moments de l'année où surviennent le gel des lacs et rivières et la débâcle présentent également des risques et des défis pour la sécurité des transports sur les routes d'hiver et les traverses de glace entre les communautés (c.-à-d. les alertes concernant le poids des véhicules), ainsi que pour les activités minières, pétrolières et gazières. La zone à surveiller est grande et éloignée, ce qui signifie que les technologies d'observation de la Terre (OT) sont particulièrement intéressantes pour les ministères territoriaux. Grâce à l'initiative de gestion des catastrophes Prestation de produits et services d'information rapides (PSIR) de la Division des applications et utilisations en observation de la Terre (AUOT) de l'Agence spatiale canadienne (ASC), la société Hatfield Consultants élabore actuellement des produits sur les lacs et les rivières à partir de données de RADARSAT-2 pour gérer les catastrophes futures en partenariat avec le Centre de géomatique des T.N.-O. Cette initiative comprend également une collaboration avec le ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA) et le ministère des Transports. Des produits de démonstration RADARSAT-2 seront fournis à tous les partenaires, ainsi qu'à Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC). La réalisation de ce projet permettra au gouvernement des T.N.-O. de mieux comprendre comment les données et les produits de RADARSAT-2 pourraient être intégrés à la planification fédérale et provinciale de la gestion des situations d'urgence. Ce projet PSIR aidera aussi l'ASC à respecter ses engagements envers le CEOS, pour qui la « gestion des risques de catastrophes » et les « changements climatiques dans les régions polaires » sont des priorités. Pour de plus amples renseignements, envoyez un courriel à guy.aube@asc-csa.gc.ca, adean@hatfieldgroup.com et Colin_Avey@gov.nt.ca.

6. Sables bitumineux de l'Alberta : surveillance opérationnelle de l'habitat du poisson et des besoins hydrobiologiques

En décembre 2010, Hatfield a obtenu un contrat de l'Agence spatiale canadienne dans le cadre du Programme de développement d'applications en observation de la Terre (PDAOT) intitulé Application des données RADARSAT-2 à la surveillance opérationnelle de l'habitat du poisson et des besoins hydrobiologiques dans la région des sables bitumineux de l'Alberta. Hatfield a collaboré étroitement avec deux organismes fédéraux, Parcs Canada et Pêches et Océans Canada, ainsi que la Cumulative Environmental Management Association (CEMA) pour la région des sables bitumineux, afin d'étudier la faisabilité d'utiliser les données de RADARSAT-2 pour répondre aux besoins à long terme en matière de surveillance opérationnelle permanente d'organismes fédéraux et provinciaux (besoins hydrobiologiques, disponibilité de l'habitat du poisson et cartographie des inondations) dans la région des sables bitumineux de l'Athabasca. Le projet a réussi à confirmer que l'utilisation de données de RADARSAT-2 permet de détecter les zones de glace échouée, de surveiller les changements dans la taille de l'habitat disponible du poisson et d'observer la connectivité des plans d'eau. Cette application pourrait fournir aux organismes de l'information sur les changements généraux dans les rivières pouvant avoir une incidence sur les décisions concernant la quantité d'eau qui peut être retirée pour l'exploitation des sables bitumineux. Pour de plus amples renseignements, envoyez un courriel à pierre.nadeau@asc-csa.gc.ca ou à mdavies@hatfieldgroup.com.

7. Gestion des cultures : expériences et applications sur l'humidité du sol

Des estimations exactes et obtenues en temps opportun de l'humidité des sols permettent d'améliorer la production agricole et les prévisions des inondations et des conditions météorologiques. Des conditions extrêmes d'humidité des sols entraînent une baisse de la productivité agricole en raison des sécheresses ou d'un nombre réduit d'acres de terres ensemencées. L'expérience de validation du satellite SMAP 2012 (SMAPVEX12) a été conçue de façon à répondre aux exigences des algorithmes et des produits de mesure de l'humidité des sols; surtout de longues séries de mesures chronologiques faites sous diverses conditions de végétation, y compris des mesures acquises au sol et des mesures actives et passives faites à l'aide d'aéronefs et de satellites. Les données recueillies au cours de cette expérience serviront également à préparer l'inclusion des données passives et actives du satellite SMAP dans le Système canadien d'assimilation des données au sol créé par Environnement Canada. Du 7 juin au 18 juillet 2012, des scientifiques canadiens et américains ont mené l'expérience SMAPVEX dans un site au Manitoba, avec la participation d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, d'Environnement Canada, de trois universités canadiennes (Guelph, Sherbrooke et Manitoba), du département de l'Agriculture des É.-U., de la NASA, du JPL et de 10 universités américaines. Les capteurs PALS (actifs et passifs en bande L) et UAVSAR (actifs en bande L) de la NASA ont été utilisés 16 fois pendant l'expérience SMAPVEX, venant compléter les données acquises à l'aide des satellites RADARSAT-2 et TerraSAR-X. Les 75 participants ont recueilli 45 000 mesures de l'humidité des sols à plus de 700 endroits, ainsi que des données biophysiques sur des végétaux à 300 endroits dans le site manitobain de l'expérience SMAPVEX. Les activités d'AAC dans le cadre de l'expérience SMAPVEX ont été appuyées par le Programme d'initiatives gouvernementales en observation de la Terre (IGOT) de l'Agence spatiale canadienne. Un article sur la campagne SMAPVEX, ainsi que sur les applications d'AAC et son utilisation de données RADARSAT-2 a été publié dans le numéro de décembre 2012 de la publication « Top Crop Manager ». Pour lire les nouvelles à ce sujet, veuillez visiter la page Web à l'adresse www.mydigitalpublication.com/publication/index.php?i=0&m=1031&l=1/&p=14&pre=&ver=flex

8. Comité fédéral de géomatique et d'observation de la Terre (CFGOT)

Un nouveau comité du gouvernement fédéral au niveau des sous-ministres adjoints (SMA) a été créé en janvier 2012 : le Comité fédéral de géomatique et d'observation de la Terre (CFGOT). Vingt ministères et organismes fédéraux, qui fournissent et/ou utilisent des données et des renseignements géospatiaux, se sont réunis pour cerner les occasions et les défis communs pour atteindre une efficience et une efficacité plus grandes dans l'acquisition, l'utilisation, la gestion et la dissémination d'informations, d'applications et de services géospatiaux fédéraux, et pour trouver des façons d'y réagir. Actuellement, deux produits à livrer prioritaires ont été établis pour 2012-2013 : i) l'Initiative de la plateforme géospatiale fédérale et ii) l'Initiative de la stratégie et du protocole de mobilisation internationale (IESPI). Un dossier justificatif est en cours d'élaboration pour la création d'une plateforme fédérale commune, la plateforme géospatiale fédérale, qui sera un environnement Internet collaboratif constitué de données géospatiales, d'applications et de services faisant autorité qui permettront de gérer spatialement l'information la plus pertinente du gouvernement, ainsi que d'analyser et d'afficher cette information dans un format graphique. Cela permettra d'améliorer l'aide à la prise de décisions en fonction des priorités gouvernementales. De plus, la plateforme permettra d'offrir publiquement des données géospatiales accessibles et réutilisables et des services de visualisation pour favoriser l'innovation et assurer de meilleurs services pour les Canadiens. L'IESPI servira surtout à renforcer la voix et la présence du gouvernement du Canada dans la communauté internationale de la géomatique et de l'observation de la Terre grâce à un meilleur établissement des priorités et à une coordination améliorée. L'Agence spatiale canadienne (ASC) est un des quatre ministères fondateurs du CFGOT avec Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), Environnement Canada (EC) et Ressources naturelles Canada (RNCAN). Le directeur général, Utilisation de l'espace, Luc Brûlé, est le représentant de l'ASC au sein du CFGOT. Les autres membres du Comité sont : Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Pêches et Océans Canada, la Défense nationale, Élections Canada, Santé Canada, Industrie Canada, Parcs Canada, Sécurité publique Canada, l'Agence de la santé publique du Canada, la Gendarmerie royale du Canada, Services partagés Canada, la Garde côtière canadienne, le Conseil du Trésor du Canada et Statistique Canada. Pour de plus amples renseignements, envoyez un courriel à Jeannine.Parent@asc-csa.gc.ca.