Transformer l'avenir des robots spatiaux

Avez-vous déjà jeté un coup d'œil au dos d'un billet de cinq dollars? On peut y voir les robots spatiaux canadiens Canadarm2 et Dextre!

Saviez-vous que c'est grâce à ces robots que le Canada envoie des astronautes dans l'espace?

Lorsque le Canadarm a été conçu et construit par le Canada il y a plus de 40 ans, notre pays a inventé la robotique spatiale.

Depuis, nous avons continué à faire progresser nos robots en les rendant plus forts, intelligents et agiles. Nos robots à la fine pointe Canadarm2 et Dextre en sont la preuve. C'est Canadarm2 qui a permis d'assembler la Station spatiale internationale, et Dextre est à ce jour le robot le plus perfectionné à travailler dans l'espace. Aujourd'hui, nos robots maintiennent la Station en vie en remplaçant notamment des caméras, des ordinateurs, des batteries et des interrupteurs. Dextre peut même se réparer lui-même dans l'espace! Les deux font si bien leur travail que les astronautes n'ont plus à faire autant de dangereuses sorties spatiales et peuvent ainsi consacrer plus de temps aux expériences scientifiques.

L'avenir de l'espace évolue rapidement. Canadarm2 et Dextre doivent maintenant accomplir des tâches complexes pour lesquelles ils n'avaient jamais été conçus. Grâce aux ingénieurs canadiens qui continuent à perfectionner les logiciels et à augmenter les capacités de ces robots, ceux-ci peuvent maintenant attraper et larguer les vaisseaux-cargos destinés à ravitailler la Station en nourriture, matériel et expériences scientifiques.

En échange de nos contributions en robotique, huit astronautes canadiens ont jusqu'à présent pu prendre part à des missions spatiales. Le dernier, Chris Hadfield, a aussi été commandant de la Station. David Saint-Jacques sera le prochain à y séjourner pour une durée de six mois.

Dextre et Canadarm2. (Source : NASA.)

Que réserve l'avenir à nos robots spatiaux? Nous essayons de les rendre plus autonomes puisque les futurs robots spatiaux seront dotés d'intelligence artificielle. De nombreux pays veulent construire une station en orbite lunaire qui servirait de tremplin à l'exploration de l'espace lointain. Comme la Lune est mille fois plus loin de la Terre que la Station spatiale internationale, les délais de communication seront plus longs. De plus, cette station lunaire serait à priori inhabitée pendant de longues périodes. Les robots spatiaux de prochaine génération devront donc pouvoir agir seuls, sans intervention humaine, en faisant appel à leur intelligence artificielle.

Poursuivez l'exploration

Date de modification :