De la salle de classe à la stratosphère : une première canadienne

Strato Science 2015

Source : Agence spatiale canadienne.

Étudiants de l'école Sir Wilfrid Laurier

Étudiants de l'école Sir-Wilfrid-Laurier, Calgary. (Source : Jamie Parkinson, 2016.)

Pour la première fois, l'Agence spatiale canadienne (ASC) donne la chance à une école secondaire d'avoir accès à un ballon stratosphérique dans le cadre de son programme Stratos. Un groupe d'ingénieurs de l'ASC travaille activement avec des élèves de l'école Sir-Wilfrid-Laurier de Calgary, en leur fournissant régulièrement de l'aide et des conseils, à la préparation de leur expérience prévue au cours de leur prochain vol. Leur ballon devrait s'envoler en septembre 2016 depuis Kiruna, en Suède.

Leur expérience, la sonde Lightning (Lightning Probe), sera une petite trousse scientifique qui pourra mesurer diverses caractéristiques physiques de la haute atmosphère, par exemple la température et l'humidité ainsi que la force et l'orientation du champ magnétique.

Les ingénieurs de l'ASC, avec M. Jamie Parkinson, enseignant à l'école Sir-Wilfrid-Laurier, ont lancé le projet en 2014. Des élèves ont été recrutés pour faire partie du programme spatial Laurier, projet dont l'objectif est de rassembler des élèves de milieux différents au sein d'une équipe multidisciplinaire pour mettre au point diverses expériences. Certains se sont vu confier le rôle d'ingénieur, et d'autres, celui de spécialiste des communications, de technicien en logistique, de chef de service, pour ne nommer que ces fonctions.

« En plus d'avoir la chance d'obtenir de véritables données grâce à leurs expériences, les élèves acquerront de précieuses compétences en génie, en fabrication, en gestion de projet et en logistique. L'expérience en gestion d'équipe qu'ils accumuleront et les compétences en ressources humaines qu'ils développeront les aideront dans leur cheminement de carrière », affirme M. Jamie Parkinson.

Les travaux des élèves sont pratiques. Ils participent à la conception, aux essais et à la validation de leur propre expérience qui inclue des composants électroniques et la structure de la sonde. Les élèves se sont aussi jumelés avec des enseignants et des élèves de l'école Westgate, au Royaume-Uni, qui utiliseront un découpeur au laser pour fabriquer des pièces de la sonde Lightning. Ces pièces seront expédiées à Calgary en vue de leur assemblage. Une fois la sonde fin prête, elle sera envoyée en Suède pour le lancement. Ce processus ressemble en tous points au processus de fabrication décentralisée que suivent les entreprises aérospatiales pour construire de gros aéronefs.

Qu'est-ce qui sera embarqué sur le ballon en septembre?

La sonde Lightning contient aussi deux projets d'expo-sciences du même groupe. Ces projets ont pour objectifs de mesurer l'effet de l'altitude sur la viabilité de semences et prélever un échantillon des gaz en haute altitude. Les données collectées seront ensuite analysées en classe.

Suivez les progrès réalisés par les élèves à programme spatial Laurier (LaurierSpace) (anglais seulement) ou sur Twitter à @laurierspace.