Partenaires de la mission Phoenix

L'équipe de la mission, dont les membres étaient issus des milieux gouvernemental, industriel et universitaire participants, était dirigée par l'Université de l'Arizona en partenariat avec le Laboratoire de recherche sur la propulsion de la NASA et Lockheed Martin Space Systems. L'Agence spatiale canadienne, l'Université de Neuchâtel (Suisse), l'Université de Copenhague et l'Institut Max Planck en Allemagne ont contribué à la mission.

L'équipe canadienne de la mission Phoenix

Des chercheurs du domaine spatial de l'Université York dirigeaient l'équipe scientifique canadienne chargée de la conception et de la construction de la station météorologique de pointe embarquée à bord de l'atterrisseur Phoenix de la NASA.

De concert avec des chercheurs de l'Université Dalhousie et de l'Université de l'Alberta, cette équipe a fourni l'appui scientifique nécessaire à l'exploitation des instruments de la station météorologique (MET) qui comprenait des capteurs de température et de pression ainsi qu'un système lidar.

Parmi les membres de l'équipe figuraient le chercheur principal Jim Whiteway, Allan Carswell et Peter Taylor. Lorsque l'anémomètre prévu à l'origine a été retiré du projet Phoenix, le professeur Carlos Lange et ses étudiants ont démontré qu'un capteur combiné à la caméra embarquée pouvait être utilisé pour déterminer la vitesse et la direction des vents. Il a ensuite aidé les chercheurs de l'Université d'Aarhus (Danemark) à mettre au point et à tester le capteur de vent qui est installé au sommet du mât de la station météorologique (MET) canadienne à bord de Phoenix. Dans le cadre de la mission, Carlos Lange a eu recours à des outils perfectionnés de dynamique numérique des fluides pour simuler les conditions martiennes.

Pour plus d'information sur les contributions, voir la page Équipe scientifique canadienne.

www.yorku.ca/yorkweb/ (anglais seulement)

Lorsque l'anémomètre prévu à l'origine a été retiré du projet Phoenix, le professeur Carlos Lange et ses étudiants ont démontré qu'un capteur combiné à la caméra embarquée pouvait être utilisé pour déterminer la vitesse et la direction des vents. Il a ensuite aidé les chercheurs de l'Université d'Aarhus (Danemark) à mettre au point et à tester le capteur de vent qui est installé au sommet du mât de la station météorologique (MET) canadienne à bord de Phoenix. Dans le cadre de la mission, Carlos Lange a eu recours à des outils perfectionnés de dynamique numérique des fluides pour simuler les conditions martiennes.

Pour plus d'information sur les contributions, voir la page Équipe scientifique canadienne.

www.engineering.ualberta.ca/mece (anglais seulement)

http://isset.ualberta.ca (anglais seulement)

phoenix

Le spécialiste du lidar de l'Université Dalhousie, Tom Duck. (Photo : Daniel Abriel, Université Dalhousie)

Les chercheurs de l'Université Dalhousie, à Halifax, font progresser la technologie du lidar (détection et télémétrie par ondes lumineuses) afin d'étudier le changement climatique dans l'Extrême-Arctique canadien et le déplacement à grande échelle de la pollution dans l'atmosphère terrestre.

En tant que membres de l'équipe scientifique internationale, les spécialistes du lidar de Dalhousie, Tom Duck et Cameron Dickinson, ont fourni des avis scientifiques et de conception quant à l'adaptation et à l'essai de cette technologie destinée à la station météorologique de la mission Phoenix. M. Duck agit en tant que cochercheur au sein de l'équipe scientifique canadienne.

À partir du centre de contrôle de mission à Tucson, en Arizona, ils ont aidé les scientifiques à faire fonctionner le lidar en transmettant des commandes par le biais d'un réseau de satellites.

Pour plus d'information sur les contributions, voir la page Équipe scientifique canadienne.

www.mars.dal.ca (anglais seulement)

La Commission géologique du Canada (CGC) de Ressources naturelles Canada est le principal organisme d'information et de recherche géoscientifiques au Canada. Sa vaste expertise s'étend notamment aux levés géoscientifiques, à la mise en valeur durable des ressources, à la protection de l'environnement et à l'innovation technologique.

Sa participation à la mission Phoenix a fait progresser l'engagement du Canada en faveur du savoir, de l'innovation et de la productivité dans les divers secteurs des ressources naturelles.

gsc.nrcan.gc.ca/index_f.php

MDA était l'entrepreneur principal qui collaborait avec l'équipe scientifique canadienne à la mission Phoenix. L'entreprise a appliqué ses technologies de robotique de renommée mondiale destinées à des missions autonomes de rendez-vous et d'entretien de satellites de même qu'à des missions d'exploration planétaire.

www.mdacorporation.com (anglais seulement)

Optech est le chef de file mondial de l'élaboration et de la fabrication d'instruments de détection de pointe au laser et de la prestation de services d'appui connexes. La technologie lidar qu'elle a mise au point était au cœur du capteur lidar de la station météorologique embarquée à bord du module d'atterrissage Phoenix fabriqué par la NASA. Le fondateur et président de l'entreprise, Allan Carswell, a été le premier chercheur principal canadien de la mission Phoenix, et l'entreprise est demeurée très active au sein de l'équipe canadienne.

De concert avec MDA, le chef de file mondial de la robotique spatiale, Optech met au point des systèmes lidars spatioqualifiés dont :

  • des systèmes de rendez-vous orbitaux, de rapprochement sur orbite et d'amarrage;
  • des systèmes lidars d'atterrissage planétaire automatisé, d'évitement des dangers et d'atterrissage précis;
  • des instruments de cartographie de planètes et de petits corps célestes;
  • des capteurs d'inspection d'engins spatiaux et de télémesure;
  • des capteurs pour la navigation de rovers
  • des capteurs lidars pour l'étude de planètes et l'observation de la Terre.

www.optech.ca (anglais seulement)