L'eau sur Mars

Sur les traces du chaînon manquant

Image de mars

Selon les scientifiques, la formation de ces canaux serait liée au jaillissement d'eau liquide provenant d'une source enfouie. L'eau serait restée à l'état liquide juste assez longtemps pour éroder la roche et former ces canaux. Cette image a été captée par Mars Global Surveyor en 2002. (Source : NASA/JPL/MSSS)

Depuis plusieurs années, les missions vers Mars ont pour but commun la découverte d'eau sur cette planète. De Viking à Phoenix en passant par Pathfinder, ces sondes ont toutes fait avancer la recherche en révélant de nouveaux indices qui indiquent la présence d'eau sur la planète rouge. Grâce à nos explorateurs robotisés, les scientifiques peuvent avancer avec un certain degré de certitude qu'il y a déjà eu de l'eau sur Mars et qu'il pourrait y en avoir encore aujourd'hui.

L'importance de la découverte d'eau sur Mars

Plusieurs indices géologiques laissent croire qu'il y a environ deux milliards d'années l'eau aurait été abondante sur Mars. Si tel est le cas, on peut se demander où toute cette eau est allée. La découverte d'eau pourrait nous indiquer comment la planète rouge a évolué au cours des dernières ères géologiques. De plus, cette quête d'eau est liée à la recherche de vie sur Mars. Si l'on devait trouver de l'eau sur la planète, ce serait une indication que l'environnement martien est propice à la vie.

Bleuet martiens

Les « bleuets » martiens sont de toutes petites roches sphériques mesurant environ quatre millimètres de diamètre. On trouve généralement plusieurs spécimens regroupés au même endroit, comme un bol de « bleuets » martiens. (Source : NASA/JPL)

Image de mars

Cette carte montre la répartition de l'hydrogène au pôle Nord de Mars, ce qui témoigne de régions riches en glace d'eau. Les zones en violet ont une forte concentration de glace, tandis que celles en rouge ne présentent que très peu de glace. On mesure la concentration en glace d'eau en se basant sur les émissions de rayons gamma de l'hydrogène présent dans l'eau. (Source : NASA/JPL/UA)

De la théorie à la réalité

Il ne peut y avoir d'eau à l'état liquide à la surface de Mars puisque la pression atmosphérique et la température sont tout simplement trop basses. On trouve toutefois des molécules d'eau (H2O) sur la planète rouge soit sous forme gazeuse (à l'état de vapeur d'eau), soit sous forme solide (à l'état de glace). Lorsqu'il neige sur Mars, les flocons se transforment rapidement en vapeur d'eau; ils se « subliment » sans jamais passer par l'état liquide.

Pourquoi les scientifiques croient-ils qu'il y a déjà eu de liquide sur Mars? En comparant l'empreinte géologique de la planète rouge à celle de la Terre, les scientifiques soutiennent que les canaux, les vallées et les ravins présents sur Mars se sont formés sous l'effet de l'eau. Autrement dit, ces éléments de relief seraient la preuve que de l'eau a déjà coulé à la surface de la planète. La découverte de « bleuets » martiens (petits minéraux arrondis réagissant en présence d'eau, tels que l'hématite et la goethite) par Opportunity, l'un des Mars Exploration Rovers, vient renforcer la théorie scientifique admettant la présence d'eau sur Mars.

Des preuves tangibles?

L'expédition Mars Global Surveyor (MGS) est l'un des points tournants de la découverte d'eau sur Mars. Les images recueillies par ce satellite orbitant autour de la planète ont permis de mettre au jour un réseau de rigoles et de canaux que l'on soupçonne être le résultat d'un ruissellement superficiel et souterrain. Une étude comparative des images prises par MGS au fil des années a aussi révélé la présence de sédiments qui auraient été charriés par un écoulement d'eau. Plusieurs scientifiques rejettent la possibilité que ce soit de la poussière soufflée par le vent parce que, selon eux, les dépôts n'auraient pas cet aspect salin caractéristique aux sédiments.

Image de mars

Grâce à Mars Global Surveyor, les scientifiques peuvent observer les transformations de la surface martienne. On voit ici une accumulation de matière blanche que l'on croit être des sédiments qui auraient été charriés par un écoulement d'eau. (Source : NASA/JPL/MSSS)

En 2001, Mars Odyssey est aussi entré dans les annales de l'exploration martienne en découvrant un grand réservoir de glace d'eau tout juste au sud de la calotte glaciaire du pôle Nord martien. Cette découverte a été déterminante dans le choix du site d'atterrissage de la mission Phoenix. Cette dernière a atterri dans l'Arctique martien pour sonder la calotte glaciaire afin d'en déterminer les composantes et propriétés.

Plus récemment, la mission de l'atterrisseur martien Phoenix a permis aux scientifiques d'observer le comportement de la glace dans l'Arctique martien. Si, au départ, ils n'étaient pas certains de la nature de leur découverte, les chercheurs se sont vite rendu compte que la substance blanche trouvée sous la surface martienne était bel et bien de la glace. Comme cette glace a disparu graduellement après avoir été exposée à l'air ambiant, on a conclu que la substance ne pouvait être que de la glace d'eau. La température était trop élevée pour que ce soit de la glace sèche (de la glace carbonique).

Les dernières découvertes portent les scientifiques à croire qu'il y aurait de l'eau enfouie sous le pergélisol martien. Cette dernière rejaillirait en de rares occasions. En attendant, on continue d'envoyer des missions vers Mars dans l'espoir de percer un jour le mystère de l'eau.