Formation spécifique à une mission spatiale

Formation

Lorsque l'Agence spatiale canadienne (ASC) sélectionne de nouveaux candidats, les aspirants astronautes doivent d'abord retourner sur les « bancs d'école »!

Toutes les recrues doivent suivre une formation en trois étapes :

  1. Formation de base d'astronaute
  2. Formation continue et tâches en attente d'une mission
  3. Formation spécifique à une mission spatiale

Finalement, les astronautes formés et ayant reçu une affectation peuvent s'envoler dans l'espace pour effectuer une mission.

Lorsqu'ils sont affectés à une mission à bord de la Station spatiale internationale (SSI), les astronautes suivent un programme de formation sur mesure pour leur mission, d'environ deux ans.

La plus grande part de leur préparation se déroule au Centre spatial Johnson de la NASA, au moyen de simulateurs et du laboratoire de réalité virtuelle. Les astronautes ont aussi à se déplacer en Europe, en Russie et au Japon.

Sorties dans l'espace : s'entraîner en toute sécurité

1re plongée au NBL de David Saint-Jacques

L'astronaute canadien David Saint-Jacques, lors de sa première plongée au Laboratoire de flottabilité nulle de la NASA à Houston, au Texas, pour apprendre à faire des sorties spatiales. (Source : NASA.)

Tous les membres d'une même expédition sont formés pour marcher dans l'espace, pour pouvoir prendre la place d'un collègue, au besoin.

L'un des plus grands défis que doivent relever les astronautes pendant leur entraînement est d'apprendre à accomplir des tâches dans des environnements à faible gravité.

Ainsi, avant de pouvoir sortir dans l'espace depuis la SSI, les astronautes ont l'occasion de s'entraîner dans différents contextes :

  • en réalité virtuelle
  • en piscine

La NASA peut compter sur le Laboratoire de flottabilité nulle, situé au Centre spatial Johnson, à Houston. Ce site est pourvu d'une vaste piscine d'une profondeur de 12 mètres permettant de simuler l'apesanteur.

L'astronaute de l'Agence spatiale canadienne Chris Hadfield dans le NBL - 2e partie

(anglais seulement) L'astronaute de l'ASC Chris Hadfield se prépare à plonger dans la piscine du Laboratoire de flottabilité nulle de la NASA. Il présente également quelques particularités du scaphandre spatial. (Source : ASC.)

Le bassin est assez volumineux pour y submerger des modèles grandeur réelle des composantes de la SSI! Les astronautes peuvent donc s'y exercer à effectuer des sorties dans l'espace.

Apprendre à connaître la capsule Soyouz sur le bout des doigts

Chris Hadfield et l'équipage de l'Expedition 34/35

Les astronautes Chris Hadfield (ASC), Roman Romanenko (Russie) et Tom Marshburn (NASA) posent devant le simulateur du Soyouz en Russie. (Source : ASC/Chris Hadfield.)

Les astronautes doivent se rendre à la cité des étoiles, en Russie, pour se familiariser avec la capsule Soyouz. À l'heure actuelle, Soyouz est le seul véhicule pouvant transporter des humains entre la Terre et la SSI. Il sert aussi de vaisseau de sauvetage de la station en cas d'urgence.

Pour obtenir sa place à bord du Soyouz, il faut subir un entraînement extrêmement rigoureux. Les astronautes doivent maitriser :

  • les aspects techniques de l'engin
  • le russe

Puis, en fonction de leur rôle à bord de la capsule, les astronautes doivent apprendre leurs tâches lors du lancement, de l'amarrage et de l'atterrissage du Soyouz.

Manipuler le Canadarm2

Julie Payette en formation

Julie Payette lors d'une séance d'entraînement en robotique, au siège social de l'ASC, à Saint-Hubert. (Source : ASC.)

La manœuvre du Canadarm2 compte parmi les activités les plus délicates d'une mission à bord de la SSI.

Les astronautes doivent notamment pouvoir réaliser ces deux tâches essentielles :

  1. attraper et amarrer des capsules inhabitées de ravitaillement qui contiennent :
    • de la nourriture,
    • des vêtements,
    • des pièces de rechange,
    • des expériences scientifiques,
    • du matériel de recherche;
  2. manipuler le Canadarm2 pour déplacer les astronautes en sortie dans l'espace.

Heureusement, les astronautes peuvent compter sur le centre de formation en robotique de l'ASC pour recevoir une formation adéquate!

Se familiariser avec la SSI

Mission STS-115 - Steve MacLean

Steve MacLean participe à une séance de formation dans une maquette de la SSI dans le cadre de la préparation à la mission STS-115. (Source : NASA.)

Exploiter les modules de la SSI

Avant de s'envoler vers la SSI, les astronautes doivent connaître tous les modules de la SSI comme le fond de leur poche. Ainsi, les partenaires de la SSI ont des maquettes grandeur réelle de leurs modules respectifs pour former les astronautes.

En plus, pendant leur séjour en orbite, les astronautes doivent réaliser des expériences scientifiques. Pour ce faire, ils doivent aussi apprendre à utiliser les modules scientifiques et se familiariser avec leurs différents systèmes, notamment en ce qui touche :

  • la gestion des données,
  • la distribution électrique,
  • le contrôle de l'environnement,
  • le contrôle thermique,
  • les communications.

Faire face aux situations d'urgence

Les équipages des différentes missions doivent se rassembler à Houston pour y effectuer des activités de formation et de simulation en sécurité. Les astronautes doivent être prêts à faire face aux dangers associés au vol spatial :

  • la dépressurisation
  • les incendies
  • la contamination de l'air

Hadfield se prépare pour trois situations d'urgence possibles à bord de l'ISS

Chris Hadfield et ses collègues Roman Romanenko et Tom Marshburn reproduisent des situations d'urgence dans un simulateur de la SSI, au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston, au Texas. (Source : ASC.)

Prochaine étape : partir en mission spatiale!

Poursuivez l'exploration